Mise au point sur la fiscalité LMNP (Location Meublée Non Professionnelle)

fiscalité-lmnp-elise-franck-blog.png

Je reviens vers vous avec une petite mise au point sur la fiscalité LMNP.

Pour rappel : une location meublée, c’est quoi ?  C’est un logement loué, équipé, de sorte que le locataire n’ait besoin d’amener que sa brosse à dent !

Plus sérieusement, c’est un logement loué doté des équipements adaptés aux besoins de la vie courante : cuisine, salle de bain / salle d’eau fonctionnelles, literie, meubles de rangements, tables, chaises, canapés etc… Le locataire n’a plus qu’à apporter ses effets personnels. Un loueur en meublé non professionnel, c’est qui ? C’est un loueur dont les recettes locatives sont inférieures à 23.000 € par an, OU, dont les recettes locatives représentent moins de la moitié de ses revenus globaux.

Un peu de fiscalité…  Si vos revenus locatifs annuels sont inférieurs à 32.600 € : vous pouvez choisir entre deux régimes : le régime des micro-BIC (ou régime forfaitaire) ou le régime réel. Au delà de 32.600 € par an, c’est le régime réel qui s’applique, mais je n’en parlerai pas ici. Quel est donc le régime le plus avantageux lorsque les deux options s’offrent à vous ?  Cela dépend de votre situation. Explications : Grâce au régime micro-BIC, vous avez un abattement forfaitaire de 50% (qui ne peut être inférieur à 305 euros) sur le chiffre d'affaires pour calculer le bénéfice imposable. Il n’y a pas besoin de tenir une comptabilité, ni de faire appel à un expert pour le déclarer. Ce régime convient parfaitement lorsque vous réalisez une première opération de petite envergure. Le régime réel est plus contraignant et des coûts lui sont associés. En effet, à moins d’avoir des connaissances en fiscalité, et en comptabilité, vous devrez faire appel à un expert. Il faudra déduire des recettes l'ensemble des charges (intérêts d'emprunt, taxes, travaux, frais de syndic, frais de notaire, frais d’agence et de gestion, etc.) et les amortissements (faculté de déduire une partie du prix du logement des loyers lorsque vous les déclarez). Les déductions initiales sont importantes, vous payez peu, voir pas d’impôt pendant trois-quatre ans, mais l’imposition est plus importante par la suite, car,  mise à part les intérêts et quelques charges, il n’y a plus grand chose à déduire.

Sur le long terme ce régime peut être beaucoup plus avantageux, sous condition de réaliser de nouvelles opérations tous les deux-trois ans environ.

Selon votre situation, Elise Franck Conseil vous accompagnera et vous conseillera au mieux.